Quand bon me semblera

25 mai 2017 § Poster un commentaire

« Je ne vis que parce qu’il est en mon pouvoir de mourir quand bon me semblera : sans l’idée du suicide, je me serais tué depuis toujours. »

Syllogismes de l’amertume | E. M. Cioran

Otium #16/12

31 décembre 2016 § Poster un commentaire

Expos

Magritte | Pompidou
Picasso/Giacometti | musée Picasso
Cy Twombly | Pompidou
Brassaï, graffitis | Pompidou

Films

L’amour est un crime parfait | Arnaud et Jean-Marie Larrieu
Winter sleep | Nuri Bilge Ceylan
Diplomatie | Volker Schlöndorff
Tom à la ferme | Xavier Dolan
Abus de faiblesse | Catherine Breillat
The immigrant | James Gray

Théâtre

Journée particulière : 1er décembre 1778 | Vieux-Colombier
Clôture de l’amour, Pascal Rambert | T2G
Répétition, Pascal Rambert | T2G

Rattrapages

22 décembre 2016 § Poster un commentaire

Quelques rattrapages sur ce carnet laissé à l’abandon depuis l’été. Des images postées a posteriori, quelques fragments ajoutés ça et là pour combler les blancs et remettre de la régularité dans ce qui ne consignait plus que quelques rares lectures.

« Je me demande si je suis capable d’enfreindre mes propres règles. Les règles sont arbitraires. J’en conviens, mais je sais également que c’est grâce à elles que j’arrive au bout de la journée. »

Les vies de papier | Rabih Alameddine

La mort élit domicile

4 décembre 2016 § Poster un commentaire

« Remonte à ta mémoire ce passage du Côté de Guermantes où Proust écrit, à propos de sa grand-mère, que la mort élit domicile en nous longtemps avant de nous tuer, et que pendant ces années, elle se fait connaître de nous comme un voisin ou un locataire « liant ». Ce n’est pas d’aujourd’hui que tu sais que tu vas mourir. Tu le sais depuis toutes ces années où la mort est venue habiter chez toi. Sans la voir, tu as eu le temps de te familiariser avec l’étrangère que tu as entendue aller et venir dans ton cerveau. Il est arrivé que tu ne l’entendes plus : tu as pu croire qu’elle avait déménagé, espérer qu’elle était partie pour toujours. Mais non, elle était juste en vacances. Elle est revenue.

Il n’y a pas d’échappatoire. »

L’autre qu’on adorait | Catherine Cusset

Plus je vieillis et plus je croîs en ignorance

4 décembre 2016 § Poster un commentaire

Plus je vieillis et plus je croîs en ignorance,
plus j’ai vécu, moins je possède et moins je règne.
Tout ce que j’ai, c’est un espace tour à tour
enneigé ou brillant, mais jamais habité.
Où est le donateur, le guide, le gardien ?
Je me tiens dans ma chambre et d’abord je me tais
(le silence entre en serviteur mettre un peu d’ordre),
et j’attends qu’un à un les mensonges s’écartent :
que reste-t-il ? que reste-t-il à ce mourant
qui l’empêche si bien de mourir ? Quelle force
le fait encor parler entre ses quatre murs ?
Pourrais-je le savoir, moi l’ignare et l’inquiet ?
Mais je l’entends vraiment qui parle, et sa parole
pénètre avec le jour, encore que bien vague :

« Comme le feu, l’amour n’établit sa clarté
que sur la faute et la beauté des bois en cendres… »

« L’ignorant » | Philippe Jaccottet

Otium #16/11

30 novembre 2016 § Poster un commentaire

Expo

Aventuriers des mers, de Sinbad à Marco Polo | IMA

Film

Mort à Venise | Luchino Visconti

Livres

Les vies de papier | Rabih Alameddine
La conférence des oiseaux | Farid Al-Din Attar

Théâtre

The valley of astonishment, Peter Brook | Bouffes du Nord

Je ne suis rien

15 novembre 2016 § Poster un commentaire

Je ne suis rien
Jamais je ne serai rien.
Je ne puis vouloir être rien.
Cela dit, je porte en moi tous les rêves du monde.

« Bureau de tabac », Œuvres poétiques | Fernando Pessoa