Traces

19 octobre 2010 § 1 commentaire

En navigant, trouver ce blog d’une passionnée qui remplit une petite fiche par pièce de théâtre vue. Je n’en suis pas là ; y songer serait pourtant indispensable pour pallier les défauts de mémoire, pour pallier surtout l’angoisse de cette perte des souvenirs, depuis qu’on vit l’aïeule être dépossédée de tout, jusqu’à son propre nom.

***

Se dire que sans doute on ne paiera pas cette année l’hébergement et le nom de domaine pour le blog officiel. Repenser à ces mots de Nino Savarese :

« J’ai marché sans compagnons sur le sable et le vent a effacé mes traces. »

N’avoir rien laissé de soi à chaque déménagement, pourquoi accepter des sédiments sur le web ?

***

Au retour de l’île, avoir vécu six mois avec une seule valise de vingt kilos. Quelques effets pour se vêtir, plusieurs livres, un ou deux carnets, des disquettes.

***

Ne garder finalement pour soi que quelques traces qu’on sait indispensables pour savoir qui l’on est. Elles seules suffisent.

Publicités

Tagué :

§ Une réponse à Traces

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Traces à Un violon d'Ingres.

Méta